Loading...

Mes engagements

Le canton de Fribourg dispose de nombreux atouts : la diversité culturelle et l’ouverture, le bilinguisme, la position géographique entre la Suisse romande et alémanique, le dynamisme économique et les établissements performants de formation et de recherche, avec un accent particulier sur l’innovation. Pour que ces facteurs de succès puissent continuer à se développer, le canton a besoin d’une voix forte à Berne.

L’économie fribourgeoise doit pouvoir compter sur d’excellentes conditions-cadres. Cela implique notamment un marché de travail équitable, ouvert et flexible, une fiscalité attrayante, un niveau de formation élevé et des instruments efficaces d’encouragement de l’innovation. Je m’engage pour que ces questions soient des priorités essentielles au niveau fédéral.

La sortie de l’énergie nucléaire et la protection du climat représentent des opportunités pour Fribourg. Une augmentation des investissements dans les énergies renouvelables et dans la durabilité crée de nouveaux emplois et bénéficient surtout à l’économie régionale.

Il faut veiller à ce que Fribourg ne soit pas désavantagé par rapport aux régions métropolitaines en ce qui concerne les investissements publics et les projets d’infrastructure de grande ampleur. Cela s’applique aussi à la mise en place de l’infrastructure numérique, qui offre de nouvelles opportunités de développement en particulier aux régions périphériques.

Trait d’union entre la Suisse romande et la Suisse alémanique, Fribourg facilite depuis longtemps la communication et la compréhension entre les deux régions linguistiques. Les expériences que le canton a acquises dans le domaine du bilinguisme sont importantes aussi au niveau fédéral. Elles peuvent contribuer aux échanges entre les régions linguistiques et renforcer la cohésion nationale.

Interventions parlementaires sur le sujet:
Interpellation Attribution discutable de mandats par la DDC. Des instituts suisses arbitrairement désavantagés?
Interpellation Les entreprises suisses désavantagées par le franc fort lors de l’attribution de marchés publics
Interpellation Offres de formation transitoire pour les jeunes. Développer cet instrument au niveau fédéral
Interpellation Cargo sous terrain. La mise en place minutieuse du projet du siècleInitiative parlementaire LRTV. Coopérations non discriminatoires

La prospérité de la Suisse repose sur un climat fiscal avantageux, un niveau élevé de formation, d’excellentes infrastructures et une politique active en matière de promotion de l’innovation. Ces facteurs-clés du succès doivent être au centre de la politique économique.

La formation des jeunes et leur intégration rapide dans le marché du travail sont un objectif particulièrement important. L’insertion professionnelle est une étape décisive pour réussir ultérieurement sur le marché du travail. Elle est une condition indispensable pour le développement professionnel des employés et garantit une charge financière peu élevée des caisses sociales.

En vue de la transformation numérique, il est décisif de prendre rapidement les mesures nécessaires afin d’orienter le système éducatif à tous les niveaux vers l’acquisition des compétences numériques. Dans les domaines de la formation continue et de la réorientation professionnelle, une politique coordonnée au niveau national doit être mise en place. Cela permettra de garantir que les salariés disposent des qualifications adaptées et recherchées sur le marché du travail.

Afin de maintenir sa prospérité, la Suisse doit continuer à miser de façon conséquente sur la formation et l’innovation et mettre à disposition les ressources et instruments nécessaires. La recherche de pointe, un transfert efficace de savoir et de technologie, l’accès au capital-risque et des procédures administratives fonctionnelles offrent les meilleures conditions pour l’essor d’une culture de start-up dynamique.

Des évolutions globales telles que la révolution numérique et l’engagement pour le développement durable et les technologies propres représentent une opportunité unique pour l’économie suisse. Afin de saisir cette chance, nous ne devons pas hésiter à oser la nouveauté et à remettre en question le statu quo.

Interventions parlementaires sur le sujet :
Postulat Saisir les opportunités de l’économie circulaire. Etudier les incitations fiscales et d’autres mesures
Motion LACI. Supprimer l’obligation de rechercher une occupation provisoire en cas de réduction de l’horaire de travail
Interpellation Offres de formation transitoires pour les jeunes. Développer cet instrument sur le plan fédéral
Interpellation Encouragement de l’innovation par les pouvoirs publics. Création d’une plate-forme centrale d’information ?
Interpellation Attribution discutable de mandats par la DDC. Des instituts suisses arbitrairement désavantagés ?
Interpellation Les entreprises suisses désavantagées par le franc fort lors de l’attribution de marchés publics

L’ouverture sur le monde et une collaboration active sur le plan international sont les clés du succès de la Suisse. Elles contribuent pour une large part à notre prospérité économique est sont une condition de base de notre compétitivité dans les domaines de la recherche et de l’innovation.

Les relations avec l’Union européenne méritent une attention particulière. La Suisse partage les valeurs fondamentales de ses partenaires européens et entretient avec eux des liens étroits sur les plans politique, culturel et économique.

Grâce aux accords bilatéraux, la Suisse a pu trouver une solution sur mesure pour développer ses relations avec l’Union européenne. Ces accords répondent aux intérêts de notre pays et doivent être assurés à long terme.

Parallèlement, il est important de prendre des mesures afin de tenir davantage compte des besoins de la population. Cela concerne notamment le marché de l’emploi, l’aménagement du territoire et la sécurité sociale. Avec l’adoption de la « préférence indigène » sur le marché du travail, le parlement a accompli un premier pas dans cette direction.

L’acceptation de l’initiative contre « l’immigration de masse » a mise à l’épreuve les relations avec l’Union européenne dans le cadre des accords bilatéraux. De nouvelles initiatives qui mettent en danger la position et la compétitivité de la Suisse ont déjà été annoncées. En vue de ces votations, je m’engagerai avec toute mon énergie pour que la Suisse puisse continuer à faire valoir ses atouts.

Interventions parlementaires sur le sujet :
Postulat Création du marché numérique européen. Conséquences pour la Suisse
Interpellation Suspension d’Erasmus plus. Un autogoal de la Suisse en termes de formation?
Interpellation Scénarios pour une Europe plus flexible. Quelle est la stratégie de la Suisse ?

La révolution numérique transforme l’économie et la société à un rythme effréné. Elle implique à la fois de nouvelles opportunités et des risques. La politique se doit de relever activement ce défi.

Une politique favorable à l’innovation et à l’économie ainsi qu’un secteur de recherche et de formation performant créent les conditions les plus favorables en vue de la transformation numérique. La Suisse doit préserver et renforcer ces avantages.

En même temps, des mesures s’imposent afin de prévenir d’éventuels effets négatifs de la révolution numérique.

Le système de formation doit être orienté à tous les niveaux vers le développement des compétences numériques car de nombreux métiers sont susceptibles de disparaître sous l’effet des transformations technologiques.

La révolution numérique représente un défi particulier pour les PME traditionnelles. Nous devons garantir que ces entreprises aient accès aux informations et prestations de conseil et de service nécessaires pour faire face à ces changements et pour en sortir renforcées.

Les régions périphériques méritent elles aussi une attention particulière. Tout comme les agglomérations, elles ont besoin d’infrastructures numériques performantes et ne doivent pas être désavantagées.

Interventions parlementaires sur le sujet :
Postulat Economie numérique et marché du travail
Postulat Création du marché unique numérique européen. Conséquences pour la Suisse

La politique énergétique et climatique est, par excellence, un domaine d’avenir de la politique. C’est grâce à un approvisionnement énergétique sûr et durable que notre société du numérique pourra être viable et l’économie se développer. En même temps, nous avons le devoir de faire avancer la protection du climat, en favorisant l’innovation et les technologies de pointe.

Avec l’adoption de la stratégie énergétique 2050 à une large majorité, la population suisse a posé les bons jalons en matière de politique énergétique. La stratégie énergétique jette les bases d’un approvisionnement énergétique durable et indigène, à partir de sources d’énergie renouvelables et exemptes d’émissions CO2. La promotion des énergies renouvelables et l’augmentation de l’efficience énergétique nous permettront également de sortir de manière progressive de l’énergie nucléaire.

La politique climatique constitue elle aussi un chantier important. Avec la ratification de l’accord de Paris sur le climat, la Suisse a clairement marqué sa volonté d’assumer sa responsabilité pour les générations futures. La protection du climat est une question existentielle pour nous tous.

Une politique climatique active peut aussi nous ouvrir de nouvelles opportunités économiques. Le domaine des cleantechs et l’économie verte sont l’un des plus grands marchés en expansion au niveau mondial.

Pour l’économie suisse, fortement orientée vers l’innovation, cette situation représente une opportunité extraordinaire. Aujourd’hui déjà, elle dispose de technologies performantes et fiables dans les domaines de l’efficacité énergétique. La mise en œuvre des objectifs climatiques crée des conditions favorables pour exploiter au mieux ce potentiel. Cela profitera à la Suisse comme pôle d’innovation et de savoir-faire.